L'industrie de l'aquaculture change ses habitudes pour ménager l'environnement.

L'industrie, accusée de mille maux, semble s'ouvrir aux critiques en prenant une décision toute simple : remplacer ses filets en polymère par des filets en cuivre dans les cages immergées en pleine mer. Et ça change tout ! Le cuivre, matériau anti-bactérien par essence, empêche l'encrassement des filets par des boues microbiennes, responsables de l'apparition et du développement de parasites et d'agents pathogènes pour les poissons. La conséquence d'une telle mesure est double :

  • les quantités d'antibiotiques et de médicaments divers potentiellement nocifs au milieu marin et dont sont gavés les poissons d'élevages diminuent grandement.
  • les quantités de déchets liés à l'encrassement des filets (un chiffre estimé à 170 000 mètres cube par an pour toute cette industrie), elles sont elles aussi considérablement réduites.

Cela peut paraître anodin, mais nous vivons dans un monde dans lequel plus d'un poisson sur deux consommé l'année prochaine sera issu de fermes d'élevage. La consommation des produits de la mer (poissons et fruits de mer) a même augmenté de 65% lors des 50 dernières années pour atteindre 17 kilos par an et par habitant. Si en France la truite, la daurade, le turbot et le bar sont les stars des fermes piscicoles, c'est bel et bien le saumon qui sera la vedette des tables pendant les fêtes. Hors, le saumon d'élevage est issu de sélections, et bénéficie (ou est victime, selon les points de vue) de manipulations génétiques destinées à accélérer sa croissance ou à rendre sa chair la plus orangée possible. Libre ensuite au consommateur de choisir d'acheter ou non le saumon.

Ce que le consommateur ne contrôle pas en revanche, ce sont les risques de contamination en pleine mer et de croisement entre des saumons OGM et des espèces sauvages, en cas de rupture de filets des élevages du précieux poisson. Le cuivre présente dans ce cas une résistance bien supérieure aux matériaux polymères encore largement utilisés.

Une question quand même : le cuivre, ça ne donnerait pas un goût métallique au saumon, par hasard?