EDF a rendu public cette semaine le bilan carbone de sa production électrique 2011. Résultat : un bilan historiquement faible qui passe sous la barre des 100 grammes de CO2 par kilowattheure produit, quand ses concurrents européens émettent au moins 350 grammes de CO2 par kilowattheure. Un chiffre dû au choix historique fait par la France de privilégier l'énergie nucléaire, qui n'engendre aucune émission de CO2, mais présente bien d'autres risques... Pour information, EDF émettait 34 millions de tonnes en 1990, et n'en émet plus que 14 millions aujourd'hui, ce qui le classe au deuxième rang des plus gros émetteurs du pays, derrière Arcelor Mittal.