Eh bien oui, c’est le but affirmé de l’EFS : faire de Paris la capitale de la mode éthique.
Parce que la mode éthique ne se résume pas à des tee-shirts blancs bios et à des ponchos péruviens. Parce qu’elle est tendance et créative, respectueuse, engagée et parce qu’elle habille et embellit les hommes et les femmes.



Concrètement, ça se passe comment ?


Des showrooms de créateurs (préférez le mot stand qui corresponds bien mieux), des tables rondes, des défilés, des expositions, des projections..

ethical-fashion-show-5 Tous les créateurs présents sont inscrits dans une démarche « développement durable » et ce, à tout les stades de la conception de leurs collections : réalisation, teinture, tissage, transports, recyclage. Les matières surtout, ont fait l’objet d’une sélection toute particulière et outre le lin et le chanvre, on en trouve bien d’autres assez étonnantes : fibres d’ananas, sacs de riz recyclés, orties, coquillages etc...

L’EFS a envahi les Docks en Seine, la toute nouvelle et très déserte cité de la mode et du design, et ça lui va bien. L’endroit est chouette, la vue superbe et l’espace laissant le béton apparent donne au tout une atmosphère industrielle qui colle assez bien avec le sujet.

Pari réussi ?


Pas facile à dire. L’enjeu est de taille, la mise en place est bien, mais il régnait comme une atmosphère de désertion en ce tardif lundi après midi. Et puis on déplore aussi que la mode éthique s’adresse surtout aux femmes..

Mais Marcel a fait son shopping et vous livre quelques une de ses marques préférées.

ethical-fashion-show-2On joue coeur chez Cardissa. Entre l’or équitable, l’argent recyclé, et le coquillage Corcolum Cardissa, elle décline colliers, boucles d’oreilles et bagues autour du coeur. Non contente de financer une étude consacrée à cet étonnant coquillage en forme de de coeur des Mers du Sud grâce au profit de ses ventes, la créatrice soutient une association qui sensibilise les populations locales à une exploitation raisonnée des ressources marines.

On joue tout court chez Shifumi. Cette chouette marque créée en 2010 par 4 jeunes parisiens étonne par sa simplicité, sa fraîcheur et sa créativité. La mode vue comme un jeu à trois facettes : la femme, les sous-vêtements, les accessoires. Les vêtements sont jolis, tendances, portables (la plupart du temps). Une marque qui détonne pour les filles, et qui va faire parler d’elle, à n’en pas douter.
A tel qu'ils viennent d'emporter en toute simplicité le prix de L’Ethical Fashion Show 2010 !

ethical-fashion-show-4

On tricote des pelotes au Collectif France Tricot.  Et comme ambassadrice sur le salon, l’énergique et acidulée Soso de Poupe & Soso. Des créations groovy dont Marcel a fait l’acquisition. Faut dire que le choix est large : bagues, colliers, nœuds papillons, serre-têtes, etc... Une association bien sympathique qui propose des apéros tricots tout les mois. Une affaire à suivre..

La mode nous botte chez Grassroot.
Anita Dongre livre une collection féminine irrésistible, qui donne des envies de garden parties et de balades chic-bobo-champêtre en bords de Seine : c’est simple, fleuri, joli. Et ça vient de Mumbai, et on sait pas pourquoi, ça donne encore plus envie..

Les enfants sont rois chez Satya.
Qui avait dit que mode éthique et biologique était forcément cher ? Eh bien, pas Satya en tout cas. C’est mignon, c’est tout doux, c’est simple et c’est teint naturellement. Un sans faute sur une collection cocoon et charmante pour les tout-petits.

On se protège du froid chez Animana.
Du tricot argentin tout chaud qui fait rêver avec le retour du froid. Rien de révolutionnaire, mais on a bien envie de s'envelopper de leurs écharpes de laine...

Elles ont tout juste les filles de Jux. D’ailleurs elles emportent le Prix Entreprendre la mode Ethique La Redoute. Leur collection habille les femmes avec élégance. Et on en redemande.

ethical-fashion-show-3

Vintage et sac de riz chez Makabu. Le talent, ça ne s’invente pas, et on peut dire qu’il y en a chez ce type là. Sa spécialité, redonner une vie au vintage en le décorant de broderies mains et compositions patchwork en toile de sacs de riz. Le résultat est époustouflant, non seulement c’est unique, mais c’est vraiment  joli.

Et enfin, on remplit sa malle chez les fées de Bengale. Elles sont drôlement fortes ces filles là.. Leur dernière collection est vraiment réussie. C’est féminin, intemporel, élégant et les matières sont impeccables. Un sans faute.

 

sophie-petite-cuisine  

Retrouvez d'autres découvertes de Sophie sur son blog "Sophie Petite Cuisine