Celles et ceux d'entre vous qui écument le réseau Facebook connaissent forcément ce jeu : Farmville.

Une application Facebook qui permet aux internautes de planter, cultiver et récolter, d'élever des animaux, de vendre et d'échanger toutes leurs denrées avec les autres joueurs de Farmville. Un succès énorme puisque le jeu a compté jusqu'à 83 millions d'utilisateurs actifs.

Et bien au Royaume-Uni, le National Trust, le plus gros conglomérat agricole de l'île, lance "My Farm experiment", soit Farmville transposé dans la réalité. La ferme est située à Wimpole, dans le Cambridgeshire, au Centre-Est du pays. Sur cette immense terre agricole, les fermiers virtuels pourront participer directement à la vie de la ferme. Moyennant une participation de 30 livres, jusqu'à 10 000 fermiers amateurs ou non pourront donner leur avis et voter pour les décisions qui doivent être prises.

Qu'il s'agisse des cultures, des boeufs, des cochons ou des moutons, les fermiers virtuels auront donc un rôle à jouer, qu'il soit bénéfique ou pas. Richard Morris, directeur du lieu : "Inévitablement, des choix étranges seront faits, des choix que je n'aurais jamais fait". Et si les fermiers virtuels décident de cultiver du maïs OGM ? On n'a malheureusement pas la réponse à cette question…

Pour vous inscrire, direction my-farm.org.uk. Une application pour smart phone devrait même bientôt voir le jour. Une façon originale d'intéresser le plus grand nombre à la façon dont l'agriculture fonctionne, et à la façon dont elle devra fonctionner demain pour nourrir 10 milliards de personnes. A savoir sans bombarder les cultures de pesticides en tous genres, sans labourrer les terres encore et encore jusqu’à épuisement des sols, et sans doper les animaux aux hormones en tous genres. L’agriculture d’il y a 50 ans, finalement.