Que représente EDPR en France ?

EDPR est la filiale dédiée aux énergies renouvelables du groupe EDP (Énergie Du Portugal). C’est la 3ème entreprise dans le monde en terme de capacité éolienne installée avec 6500 MW soit un peu plus que le parc éolien français tous producteurs confondus.

Nous sommes présent dans l’hexagone depuis 2001 et nous classons parmi les 5 premiers  producteurs en terme de capacité installée avec 150 éoliennes qui produisent 284 MW sur 25 sites différents. C’est à peu près l’électricité consommée par 280 000 personnes, soit la ville de Bordeaux.

Nous sommes présents dans le centre de la France, en Bretagne, dans le sud autour de l’Aveyron et avons installé 200 MW sur les 3 dernières années. D’ailleurs nous avons inauguré le 27 mai la première ferme éolienne de l’Eure, en haute Normandie d’une puissance de 10 MW,  soit de l’électricité pour 10 000 personnes.

Comment les projets éoliens sont-ils accueillis en région?

Est-ce que vous connaissez une ligne TGV ou une autoroute qui est la bienvenue ? C’est un peu pareil pour l’éolien. En théorie, les gens y sont favorables, même sur leur commune (72% sondage CREDOC 2009) mais dans la pratique, c’est parfois plus compliqué… C’est le fameux syndrome du NIMBY (« Not In My BackYard » NDLR). Mais les choix sociétaux ne peuvent pas se faire uniquement par rapport aux intérêts individuels. Et puis un parc éolien n’est pas fait n’importe comment, pas moins de 25 administrations jugent le dossier, il prend 5 ans à aboutir et beaucoup sont refusés.

Evidemment, il ne viendrait à l’idée de personne de s’implanter sur certains sites emblématiques, mais il ne faut pas non plus oublier que le paysage est une notion subjective, construite. Les paysages d’aujourd’hui n’ont rien a voir avec les paysages d’il y a 100 ans, il y a eu des remembrements, les châteaux d’eau, etc.

Savez-vous qu’en France il y a 3000 mats d’éoliennes. Avec les objectifs du Grenelle, ca fera 9 000 en 2020. C’est à comparer avec 150 000 poteaux électriques et 50 000 châteaux d’eau !

La loi Française est-elle favorable à l’installation d’éoliennes ?

Aujourd’hui, on est à 6 000 MW installés, le Grenelle 2 a définit un objectif à 19 000 MW terrestre et 6 000 MW offshore d’ici 2020 ce qui représentera près de 10% de notre consommation d’électricité. Il nous reste donc 13 000 MW terrestres à construire en 9 ans, soit environ 1 500 MW par an. Le rythme actuel est plutôt autour de 1 000 MW, donc on est en train de prendre du retard. Mais au lieu d’accélérer le rythme des installations, on décélère. Seuls 80 MW ont été construits au premier trimestre 2011, il en faudrait 4 fois plus ! Et encore, les projets qui sortent aujourd’hui ont eu leurs permis il y a 1 ou 2 ans. Entre temps de nouveaux freins sont apparus qui bloquent la progression des dossiers d’aujourd’hui et donc des chantiers de demain.

Pour ne pas passer à côté des objectifs du Grenelle, il faudrait prendre des mesures visant à assouplir le cadre administratif autour des projets éoliens. Par exemple accélérer la sortie de schémas régionaux moins restrictifs, réduire le temps d’instruction des dossiers (il est de 1 an et demi en France contre 6 mois en Belgique), assouplir l’obligation d’implantation de 5 éoliennes minimum par parc, en particulier pour les extensions, retablir l’amortissement dérogatoire des parcs, modérer le classement ICPE…