S'il fallait une preuve supplémentaire que, décidément, ce n'est pas la joie à Fukushima, les autorités japonaises ont pris aujourd'hui la décision de bloquer tous les accès à la centrale dans un rayon de 20 kilomètres autour de celle-ci. L'opérateur Tepco prévoit que 6 à 9 mois seront nécessaires pour refroidir les réacteurs endommagés. Quant à la radioactivité mesurée en mer, elle est 20 000 fois supérieure à la limite légale. On se répète : décidément, ce n’est pas la joie à Fukushima.