Avec la nomination de GasLand aux oscars, la polémique sur les gaz de schiste revient sur la place publique. C’est l’histoire de quelques hommes pressés, d’une planète et  d’un poison doré... tous dans le même gaz, mais à qui profite le schiste ?

GasLand - un film qui dénonce les dégâts écologiques et sanitaires dûs à l'exploitation des gaz de schiste aux Etats-Unis - vient d'être nominé aux Oscars dans la catégorie "meilleur documentaire". Josh Fox, son réalisateur, est quand à lui nominé à la Terror Watch List du ministère de l'Intérieur américain, dans la catégorie "terroriste". Pendant ce temps-là, la France commence à explorer ses propres ressources en gaz de schiste.

exploitation-des-gaz-de-schistes

Pour la petite histoire, l'exploitation du méthane contenu dans les roches appelées "schistes" se fait aux Etats-Unis depuis 1821 dans des sites où la roche est déjà fracturée naturellement. Mais depuis le début du XXIe siècle, depuis que l'on commence à entrevoir la fin du pétrole, l'exploitation de cette ressource a pris une ampleur démesurée aves l'apparition de la fracturation hydraulique qui permet d'extraire le gaz des schistes encore non fracturés.

La fracturation hydraulique en cinq leçons :

1- Trouvez un schiste : ce ne sera pas difficile, il y en a partout, pour peu qu'on veuille aller voir à deux ou trois kilomètres sous terre, pas loin des nappes phréatiques. Si un habitant se trouve au-dessus, donnez-lui beaucoup d'argent pour qu'il vous laisse forer tranquille, en lui assurant qu'il ne remarquera même pas votre présence. Et surtout, n'oubliez pas de lui faire signer une clause de confidentialité.

2- Construisez votre site, sans oublier les routes : il faut que de gros camions-citernes puissent acheminer toute l'eau dont vous aurez besoin pour que votre affaire marche.

3- Forez : creusez un conduit jusqu'au schiste, injectez-y environ 20000 mètres cube d'eau douce mélangée à du sable et à un savant coktail de biocides, de lubrifiants et de produits chimiques genre détergents. Il faut que la pression du liquide soit suffisamment importante pour créer un micro-séisme, de manière à ce que la roche se fracture et libère son trésor gazeux, que vous pourrez alors faire fructifier comme bon vous semble.

4- A ce stade de l'opération, vous allez avoir vos 20000 mètres cube d'eau polluée dont vous ne saurez que faire. Pas de panique ! Il existe de nombreux moyens de s'en débarrasser. Quoi qu'il arrive, une bonne partie retournera dans les nappes phréatiques voisines. Pour le reste, vous pouvez la filtrer ou bien la faire s'évaporer, et stocker les déchets qui restent quelque part.

5- Vous pourrez utiliser votre site jusqu'à 18 fois, après quoi il vous faudra aller 300 mètres plus loin, recommencer à partir de l'étape 1, et ainsi de suite.

Plus de détails dans cet extrait du film :

Et tout ça pourquoi ? Pour nous permettre de continuer à vivre encore quelques décennies de plus sans changer nos habitudes, alors même que l'on commence tout juste à intégrer l'idée de consommation et de développement durable.

Étrange entêtement que celui de vider ainsi la planète de ses ressources tout en la polluant, alors que nous pourrions développer les énergies renouvelables à moindre coût et avec des conséquences bien moins lourdes pour l'environnement ? Pourquoi la tour solaire, par exemple, une centrale à énergie renouvelable qui fonctionne à merveille et dont le prototype a été réalisé en 1981, n'existe-t-elle encore qu'à l'état de projet ? Serait-ce parce qu'elle pourrait fournir une énergie peu coûteuse aux populations sans rapporter beaucoup d'argent aux gros industriels américains ?

Quoiqu’il en soit, si Josh Fox remporte l'Oscar, on peut s’attendre à ce que de vraies mesures soient prises pour limiter un peu les dégâts. Ce serait une belle victoire de la voix des citoyens contre celle des lobbies industriels. Il ne nous reste plus qu’à attendre le 27 février pour le savoir.