Une alliance entre Google et les fermiers ? C'est peut-être pour bientôt.

 

 

Google réparti ses serveurs internet dans des centres de données un peu partout dans le monde. Ceux-ci sont indispensables à la bonne marche du moteur de recherche et permettent aux millions (voire milliards) d'internautes d'obtenir des résultats précis d'une recherche internet dans un laps de temps extrêmement réduit. Le problème de ces centres de données, c'est qu'ils nécessitent de très grandes quantités d'énergie, aussi bien pour leur fonctionnement que pour leur refroidissement.

La compagnie a déjà commencé à faire des efforts de ce côté-là : panneaux solaires installées sur les toits de ses bâtiments, investissements dans les énergies renouvelables, essai de technologies du futur comme la Bloombox… Mais certains avancent à présent l'idée que Google pourrait utiliser une nouvelle énergie inépuisable : le fumier animal.

Une étude récemment publiée avance ainsi l'idée que les producteurs laitiers pourraient trouver un accord avec le moteur de recherche pour valoriser leurs déchets animaux : en construisant des usines dans lesquels le fumier macèrerait et produirait du méthane, qui serait ensuite transformé en électricité. Un petit coup de pouce donné au départ à l'usine lui permettrait ensuite de fonctionner seule et d'être indépendante énergiquement parlant.

Comprenons-nous : le fumier, chauffé, macère plus vite. Or, les centres de données de Google produisent une forte chaleur. Ainsi, un système de transfert de chaleur reliant l'usine de biogaz au centre Google permettrait de chauffer le fumier sans aucun apport d'énergie, puis le méthane produit irait alimenter le centre de données, etc, etc… L'étude nous apprend qu'une vache produit suffisamment de fumier pour alimenter une ampoule de 100 watt, et que 10 000 vaches pourraient alimenter en énergie un petit centre de données du moteur de recherche. Ca vaut le coup de tenter l'expérience.