Le 13 juillet, Greenpeace lève le voile sur sa nouvelle campagne, Detox. L'ONG met Nike et Adidas au défi de ne plus utiliser de produits toxiques pour fabriquer leurs vêtements en Chine, et les relâcher ensuite dans l'eau.

Nous vous avions tout récemment fait part d'une mystérieuse invasion de mannequins tatoués du caractère chinois 水 (qui signifie "eau"), dont Greenpeace publiait des photos devant les plus grands monuments du monde, en invitant les internautes à les diffuser le plus largement possible. Sans préciser de quoi il s'agissait. On savait juste que cela avait un rapport avec les athlètes, l'eau, la Chine et la défense de l'environnement. On supposait aussi que l'ONG allait encore tomber sur le dos d'une grande marque en lui reprochant une activité polluante, comme elle l'a déjà fait pour Mattel et Volkswagen.

Aujourd'hui, les morceaux du puzzle sont assemblés : Greenpeace a lancé cette campagne Detox suite aux résultats de ses investigations auprès de plusieurs grandes marques internationales de vêtements, dont les géants Nike et Adidas. Leurs fournisseurs en Chine utilisent et relâchent des substances chimiques douteuses et toxiques dans l'eau. On remercie donc Nike et Adidas pour leur efficace empoisonnement de notre eau et la menace qu'ils représentent pour la faune, la flore et les êtres humains, bref, tout ce qui a besoin d'eau pour vivre - c'est à dire tout ce qui vit.

Greenpeace lance un défi aux multinationales Nike et Adidas : lequel des deux sera le plus prompt à réagir et à cesser de cautionner l'utilisation des Alkiphénols (récemment interdits en France) et des PFC, reconnus pour leur activité de perturbateurs hormonaux ? Ces substances, relâchées dans l'eau, finissent par entrer dans la chaîne alimentaire. C'est ainsi qu'on en retrouve dans des corps d'oiseaux, de poissons, de baleines,  d'ours polaires, et même dans le lait maternel humain. Sachant que les perturbateurs endocriniens sont fortement suspectés d'être une des causes du cancer du sein, et de maladies liées au système reproducteur.

Pour donner du poids au challenge entre Nike et Adidas, les internautes sont invités à se rendre sur la page interactive de la campagne Detox, à voter pour celui qu'ils pensent voir renoncer aux produits chimiques douteux en premier, à créer leur propre vidéo pour défier les deux marques, et plein d'autres choses encore... Une mise en compétition qui pourrait peut-être les stimuler dans le bon sens : Greenpeace les incite à devenir le champion d'un avenir non-toxique, à participer à l'élimination des résidus de produits chimiques, et à jouer la transparence en rendant publiques leurs données sur ces produits. Elle estime en effet que les deux firmes sont tout à fait en mesure d'encourager et d'aider leurs fournisseurs à utliser des produits respectueux de l'environnement.

Qui sera le vainqueur de cette course à la dépollution ? En attendant, on peut déjà visionner la vidéo de la campagne.

+ d'infos : Greenpeace Detox