Les prétendants à l'Elysée ont dû répondre à un questionnaire sur le nucléaire et l'écologie.

Depuis l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007, celui-ci semble travailler à sa future ré-élection. De même, ses adversaires semblent toujours s'être fixés comme but de le battre en 2012. Alors maintenant que nous sommes à moins d'un an de l'élection suprême, la lutte ne faiblit pas, bien au contraire. Si les positions écologistes des candidats sont susceptibles de vous aider à faire un choix au moment de passer dans l'isoloir, la nouvelle application web de Greenpeace pourrait vous être utile.

Le principe est simple : dix-sept candidats potentiels aux élections de 2012 auxquels l'ONG a fait parvenir un questionnaire sur leur engagement écologique, en 22 points. Des questions simples : "Etes-vous pour une sortie du nucléaire en France ?", "Etes-vous favorable à une révision de l'écotaxe poids lourds ?", "Etes-vous pour ou contre l'instauration d'un péage urbain aux abords des grandes villes ?"… En fonction des réponses des sondés, Greenpeace les classe selon trois catégories : "rétrogrades", "attentistes", ou "engagés". S'ils n'ont pas pris la peine de répondre au questionnaire, l'ONG se base sur leurs déclarations publiques.

François Bayrou et Jean-Louis Borloo regretteront peut-être de ne pas avoir répondu, eux qui sont bien mal classés, sur la seule foi de leurs propos publics. Eva Joly arrive (logiquement) largement en tête de ce petit classement, juste devant Philippe Poutou. Philippe qui ? Philippe Poutou, du NPA, le successeur d'Olivier Besancenot. Amusant : Frédéric Nihous, candidat des chasseurs, apparaît bien souvent comme "rétrograde". Quant aux socialistes, Martine Aubry mise à part, ils seraient les rois de l'attentisme.

Pour suivre votre candidat favori, rendez-vous sur www.greenpeace.fr/2012