L'information a été retrouvée par Mediapart (accès payant): dans un article pour L'International Herald Tribune (version japonaise) paru en août 2007, le sismologue Ishibashi Katsuhiko s'insurgeait contre la sous-estimation des risques d'accidents nucléaires liées à l'activité sismique du pays. Il faisait alors "partie du comité d'expert chargé d'établir les normes sismiques des centrales nucléaires japonaises", explique Medipart, et en avait "démissionné pour protester contre la position du comité. Il estimait que les recommandations fixées par le comité étaient beaucoup trop laxistes."

L'article de Mediapart indique également que si les normes de sécurité sismique des centrales japonaises étaient insuffisantes, c'est notamment parce qu'elles avaient été déterminées pendant une période de faible activité sismique pour le pays. Un éclairage intéressant par rapport aux événements actuels, mais on peut à présent déplorer que l'avis de cet expert soit passé inaperçu alors qu'il en était encore temps (Cassandre, sort de ce corps).

Dans son article (disponible ici en anglais), l'expert écrivait qu'à moins "que des mesures radicales ne soient prises pour réduire la vulnérabilité des centrales aux tremblements de terre, le Japon pourrait vivre une vraie catastrophe nucléaire dans un futur proche".

L'accès à l'article de Mediapart est normalement payant, mais il est offert aujourd'hui par le site d'Arrêt sur images, en cliquant sur le lien "Mediapart a retrouvé" au tout début de l'article.

+ d'infos : arretsurimages.net