Le 1er août, Philippe de Gestas, secrétaire général de la préfecture du département des Côtes-d'Armor, rendait publics les premiers résultats d'analyses effectués par deux laboratoires différents sur 6 des 36 sangliers morts dans l'embouchure du Gouessant, à Morieux. 

Résultat : 5 des 6 sangliers présentent des traces variables  d'intoxication à l'hydrogène sulfuré, le gaz qui s'échappe de algues vertes envahisseuses des plages bretonnes. Un sanglier avait aussi du chlorate dans l'estomac, un pesticide destiné à tuer ou éloigner les oiseaux, mais les experts ajoutent qu'il n'était pas en quantité suffisante pour causer la mort de l'animal. 

La seule certitude que l'on puisse avoir suite à ces analyses, selon M. de Gestas, c'est que l'on peut écarter l'hypothèse des terribles cyanobactéries, ou algues bleues. Pour le reste, il faudra attendre des analyses complémentaires. En attendant, le département des Ardennes, lui, a décidé de réagir en créant un jeu facebook de sensibilisation au problème des algues vertes à l'éffigie du sanglier Woinic, la mascotte du département.