Profiter du soleil de l'été pour se chauffer l'hiver, c'est la solution adoptée par la Cité universitaire de Paris.

Ce campus unique en son genre situé en bordure Sud de la capitale regroupe des étudiants et des chercheurs du monde entier. Une bonne partie des bâtiments qui composent la zone sont d'ailleurs financés par des mécènes étrangers et portent le nom de leur pays d'origine (Canada, Inde, Arménie, Brésil…). Seulement, depuis 1969, aucun nouveau bâtiment n'est sorti de terre sur le terrain de la Cité U, les nouvelles constructions qui lui sont rattachées se trouvant dans le XIXème arrondissement, bien loin du XIVème.

Cela est en passe de changer, car la Région Ile-de-France va y bâtir un nouvel édifice qui sera baptisé, on vous le donne en mille : Maison de l'Ile-de-France. Incroyable, non ? Si le nom est des plus banals, les qualités de la Maison, elles, ne le sont pas. Conçue par Nicolas Michelin, elle prendra place en bordure de périphérique. La proximité avec cette horreur force les concepteurs à ne percer aucune ouverture de ce côté-ci, pour conserver une bonne isolation phonique. Alors, ils ont pris la décision de recouvrir ce mur de capteurs photovoltaïques et thermiques, qui transmettent la chaleur captée à un liquide caloporteur (capable de conserver la chaleur et de la transporter) stocké dans une cuve de 350 mètres cube, haute de six étages.

Le résultat, c'est que l'eau chaude qui circulera dans les canalisation lors de l'hiver suivant sera chauffée grâce à ce système, qui devrait fournir 80% des besoins thermiques du bâtiment en hiver. Belle économie d'énergie. Ce type d'installation est une des toutes premières du genre dans le monde. Pour voir le résultat, rendez-vous en 2015, à l'issue des 16 mois de travaux prévus…