Après l'accident nucléaire de Fukushima, Nicolas Sarkozy a promis de fermer toutes les centrales "peu fiables". Celle de Fessenheim, la moins fiable de toutes selon les opposants se retrouve ainsi dans l'oeil du cyclone. Avant que NKM ne rencontre son homologue suisse ce vendredi, la vétusté et la proximité de la centrale avec une faille sismique sont mises en cause, le site ayant connu 240 évènements sismiques en 10 ans et ne se situant qu'à une quarantaine de kilomètres de la ville de Bâle.

Le débat ne fait que commencer.