La société anglaise GENeco, spécialiste du développement durable et du traitement des déchets organiques, a lancé un projet qui risque de faire beaucoup de bruit.

GENeco a équipé une voiture d'un moteur fonctionnant grâce au méthane. Le méthane, ce gaz produit par la décomposition des ordures et… les excréments. Et du méthane, inutile de dire qu'il y en a en quantité partout sur la planète. On estime même que ce seul gaz, en partie produit par l'industrie de l'élevage intensif, est responsable de 15% de l'effet de serre.

Pour l'instant, le fonctionnement de la voiture (et pas n'importe laquelle, une New Beetle de Volkswagen) est hybride : le moteur démarre à l'essence classique, et une fois qu'il est monté en température, c'est le méthane qui prend le relais du carburant classique, sans qu'aucune différence de poussée ne se fasse ressentir. La voiture peut ainsi rouler jusqu'à 183 km/h. Selon la compagnie GENeco, les déjections de 70 ménages pourraient suffire à alimenter la voiture tout au long d'une année, soit environ plus de 15 000 kilomètres.

Voilà une proposition originale aux différents problèmes que sont le réchauffement climatique et la disparition à terme du pétrole et de ses dérivés. Il reste cependant une question en suspens : on sait que les voitures qui roulent à l'huile végétale rejettent une forte odeur de friture. Vous voyez où l'on veut en venir, n'est-ce pas…