C'est en faisant ses courses que l'on change le monde, paraît-il. Car l'impact de notre mode de vie sur l'environnement passe en grande partie par nos choix de consommation. Cet impact varie en effet beaucoup selon le mode de production des objets, leur origine et leur dégradation en fin de vie. C'est donc pour que les choix de consommation soient fait en toute connaissance de cause et pour les inciter à être plus responsables, que l'expérience d'affichage environnemental a été lancée par le ministère de l'écologie le 1er juillet, avec 168 entreprises sélectionnées parmi les 230 volontaires.

Nous assistions précédemment à la première rencontre Beesday dans les locaux de Bio Intelligence Service à Paris ; les différents acteurs de l'initiative étaient réunis pour discuter des tenants et aboutissants de l'affichage environnemental, élaboré dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Cette "rencontre des relais du changement" était organisée par deux blogueurs, Pierre-Yves Sanchis (eenovation) et Lucie Gaudens (com-nonprofit). Etaient représentés : le ministère de l’écologie,  France Télécom Orange, qui participe à l’étiquetage environnemental, le WWF, partenaire de l’opération, deux entreprises spécialisées dans l’information environnementale, Hop-Cube et Ecocompare, ainsi que de nombreux blogueurs.

Dans ce dossier consacré à l’affichage environnemental, nous allons d’abord vous présenter cette expérimentation, puis nous attarder un peu sur le rôle des différents éco-informateurs que sont Hop-Cube, Ecocompare ainsi que les blogueurs de la consommation durable. Tous existaient avant cette initiative, ils y participent chacun à leur façon et vont même au-delà.