Les DOM-TOM jouissent de ressources naturelles et d'un patrimoine biologique qu'il nous faut absolument protéger.

 

Dans les campagnes environnementales, s'il est bien une catégorie de territoires dont on a l'impression qu'ils sont complètement oubliés, ce sont les DOM-TOM. Or, comme la métropole (et peut-être même plus), ils jouissent de ressources naturelles et d'un patrimoine biologique qu'il nous faut absolument protéger.

Ainsi l'association martiniquaise "Entreprises environnement" a lancé voici quelques temps une campagne ayant pour thème les déchets sur l'île. Les Antilles souffrent autant, voire plus, de l'accumulation des déchets que les collectivités métropolitaines. Ainsi, en 2009, quand un Français produisait 360 kilos de déchets par an, un Martiniquais en produisait 420. Et les prévisions les plus pessimistes prévoient une hausse de 20% d'ici à 2015.

La campagne, lancée sous le slogan "Nos déchets tuent, laissons respirer la Martinique" se veut pédagogique. Inciter les habitants au tri des déchets, les encourager à ne plus jeter tout ce qu'ils veulent par les fenêtres de leurs voitures, à ne pas abandonner celles-ci aux bords des routes quand elles sont hors d'usage… A être des citoyens plus éco-responsables, finalement, qui éviteront aux ordures de s'accumuler sur l'île et qui la laisseront respirer. Et puis des touristes plus responsables aussi, puisque sur la moyenne de déchets produits par les Martiniquais, il serait étonnant qu'une partie ne soit pas imputable à quelques touristes qui, n'étant pas chez eux, ne font pas forcément attention à leur environnement comme ils le devraient...

Et pour illustrer la campagne, ce sont 2 animaux équipés d'un masque à gaz, et une fleur "spéciale", qui amèneront sans aucun doute les spectateurs à s'interroger et à revoir leurs mauvaises habitudes.

Martinique fleur

Martinique bestiole