Mis en place pour inciter les gens à changer de voitures et à en acheter de moins polluantes, le système aurait en fait permis l'augmentation du parc automobile français, grâce à des aides à l'achat de véhicules "propres" qui ont incité les consommateurs à acheter plus facilement de nouvelles voitures, sans en avoir véritablement besoin. Quant aux émissions de CO2 par ce parc auto, non seulement elles n'auraient pas diminué, mais elles auraient en plus augmenté de 170 000 tonnes par trimestre. Et le pire dans tout ça ? C'est que la construction de toutes ces nouvelles voitures aurait dégagé 232 kilotonnes par trimestre depuis l'instauration de la mesure. Ou comment détourner l'objectif premier d'une mesure comme le bonus écologique pour faire vendre plus de voitures. Bien joué, les constructeurs...