Le Chat nous a envoyé une invitation pour “une innovation pas bidon” (véridique) présentée ce matin au Musée des Arts Décoratifs à Paris. Ni une ni deux, nous y sommes allés, et en revenons à l’instant. Récit...

La salle où se tient l’évènement s'est peu à peu remplie et la conférence commence. Un ponte du marketing est présent et nous explique à quel point Le Chat pense à l'écologie depuis des années, et combien les Français s'intéressent au développement durable et tout et tout. Le propos est intéressant mais pas révolutionnaire. Et puis le mail nous avait promis une "innovation de rupture dans la distribution de lessive". Un deuxième interlocuteur prend la parole. Le temps passe, et toujours pas d'innovation en vue.

Les présentations de nos hôtes sont maintenant terminées. Ils l'annoncent. Elle est là. Depuis le début, à côté de la scène et on ne l'avait même pas vue, la faute à un drap qui la dissimule. Deux personnes tirent sur le drap, et on se demande si une statue de Rocky va apparaître… Pas de statue, mais l'innovation promise : un éco-distributeur de lessive. Mais qu'est-ce que c'est ?

Eco Distributeur - 2 C'est une machine, de deux mètres de haut, disposant d'un écran tactile. Il faut s'imaginer un distributeur de canettes amélioré. L'effet de démonstration passé, arrivent les explications. Cette machine est un distributeur de lessive et d'adoucissant liquides "Le chat écologique" en libre-service. Comment marche-t-elle ? Simple : à côté de chacune de ses machines sont vendus des bidons vides de 1L pour l'adoucissant et de 3L pour la lessive. Sur chacun de ces bidons, un code barre. Le consommateur qui veut de la lessive écologique prend un de ses bidons, passe le code barre devant le scanner de la machine, qui le reconnaît.

Puis il l'installe dans l'espace prévu à cet effet (il n'y a pas à se tromper). La machine lui demande alors quelle quantité de lessive/adoucissant est désirée : 5, 10, 15, 20, ou 25 lavages ? Une fois votre choix effectué, votre bidon (qui ressemble plus à une bouteille qu'à un bidon, d'ailleurs) se remplit automatiquement en moins d'une minute, sans la moindre goutte à côté. Le distributeur vous imprime un nouveau code barre autocollant à apposer par-dessus l'ancien, et le tour est joué.

Quels sont les avantages de ce genre de procédés ? La réduction des déchets en premier lieu. Ce mode de distribution favorise la réutilisation de la bouteille (facturée au premier achat, et qui ne l'est plus ensuite) : Henkel (le grand groupe allemand propriétaire du Chat) prévoit pour chacune de ses bouteilles une utilisation moyenne d'un an, et promet que grâce aux utilisateurs de ces bouteilles, les déchets plastiques de la gamme Le chat écologique seront réduits de plus de 80%. Et selon les projections de la marque, 17,5 tonnes de déchets par an seront évitées.

Quant aux bouteilles spécialement conçues pour l'occasion, elles sont composées de 25% de plastique recyclé, et sont recyclables à 100%. Autre caractéristique inédite dans le monde merveilleux des lessives : on peut les compresser, comme de simples bouteilles d'eau. "Même dans le système de compactage de la superbe poubelle Ovetto toujours en vente dans la Boutique de Marcel ?" allez-vous nous demander. A cela nous répondons "Oui".

Pour l'instant, une première phase de test est lancée dans dix hypermarchés en France, et Le chat a déjà signé un contrat de distribution avec deux grandes enseignes (Auchan et Cora), et est en pourparlers avec un "troisième très grand distributeur". En clair, "Leclerc ou Carrefour". Et puis après les 5 mois nécessaires à la phase de tests, les machines devraient être déployées dans 250 hypermarchés en France. En attendant plus. Et pour celles et ceux qui ne sont pas convaincus : pour lancer l'opération, Le Chat s'assoit sur une partie ses marges et la lessive en distributeur coûte  10% de moins que la lessive en bidons classiques. Et ce sont encore 10% du prix du produit qui sont déduits au deuxième achat, puisque l’emballage que vous rapportez ne vous est plus facturé.

Bientôt près de chez vous...