Le Japon apprend à vivre sans énergie nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima. Un à un, les réacteurs ont été arrêtés, soit définitivement, soit temporairement pour une batterie de contrôles. Pour compenser ce manque énergétique, le pays cherche à maîtriser sa consommation, et intensifie ses importations de pétrole, évidemment. Mais il se tourne aussi vers les énergies renouvelables. Ainsi, aujourd'hui même, un consortium d'entreprises locales a annoncé la construction de la plus grande centrale solaire du pays, qui coûtera 235 millions d'euros et subviendra aux besoins de 22 000 foyers. Au Japon, la part du nucléaire était d'environ 25%, contre 75% en France.