Zéro : voici désormais la part d'énergie nucléaire dans le mix énergétique japonais. Le pays a en effet annoncé l'arrêt total de son dernier réacteur, en l'occurrence l'unité Tomari 3. Celui-ci est désormais confié aux services de maintenance compétents et ne devrait pas redémarrer avant plusieurs mois. Pour compenser ces 30% d'électricité égarés, le Japon a considérablement augmenté ses importations de gaz et de pétrole, et a demandé à ses habitants de modérer leur consommation électrique. En attendant la présentation d'un vaste plan énergétique cet été.