Les réacteurs sont révisés un à un, et doivent être stoppés pour procéder à ces contrôles 90 jours durant, et ce tous les 13 mois. Dans la centrale de Tomari, au nord du pays, un des trois réacteurs a ainsi été arrêté. Cela porte le nombre de réacteurs inactifs à 41, sur les 54 que compte le pays. Un petit calcul rapide : les trois-quarts des réacteurs japonais sont à l'arrêt. Le pays, qui est lancé dans un plan de réduction de la consommation d'énergie, va sans doute bientôt savoir si la vie sans le nucléaire est possible.