Que les amateurs de la "grande nature sauvage" ne se fassent pas d’illusion: le Syndrome du Titanic n’a aucun lien de parenté avec Ushuaïa. Ce n’est plus l’explorateur émerveillé qui est aux commandes mais un Nicolas Hulot politique et angoissé. Il livre un film esthétique et poignant.

On est bien loin des paillettes de TF1 que certains reprochent encore à Nicolas Hulot. Ne vous attendez pas aux traditionnelles images de l'aventurier atterrissant en ULM sur l’une des terres préservées de la planète… Le Syndrome du Titanic n’est pas là pour montrer l’exception mais le commun. La ville surtout. Là ou vit plus de la moitié des humains et ou se concentrent les plus grandes absurdités de notre civilisation moderne. Celles qui inspirent les angoisses du présentateur et de son co-réalisateur, Jean-Albert Lièvre.

Ne vous attendez pas non plus à un énième documentaire sur la crise écologique. Au delà des problèmes environnementaux, c’est d’une crise systémique qu’il est question dans le Syndrome du Titanic. Une crise où tout est lié : pauvreté, pollution, réchauffement climatique, inégalités, surconsommation, individualisme… C’est l’ensemble de notre société moderne qui est remise en question. Son Sens en particulier. Quel sens donner au progrès humain si la croissance infinie est impossible dans un monde fini  ?

Si le film ne prétend pas répondre à la question, il esquisse tout de même des pistes de sortie : décroissance sélective, sobriété heureuse, partage… L’occasion pour Hulot de mettre a jour ses doutes et angoisses. La démarche peut parfois paraître ego-centrée mais on est vite rassuré par l’humilité du propos…

La tournure très personnelle que prend le commentaire par moment est propice à l’identification. Nicolas Hulot décrit son film comme un miroir tendu à l’homme et c’est vrai qu’il nous renvoie régulièrement à notre propre responsabilité. On se surprend à quitter la salle… par la pensée, signe que le film fonctionne.

Au final, le Syndrome du Titanic est un manifeste politique oscillant sans cesse entre le constat inquiet et l’appel à l'action. Ciselé pour être compris de tous, il paraitra sans doute un peu radical à ceux qui l'ont attendu pour découvrir l’ampleur du changement qui s’impose.

Aux autres, il devrait donner envie de révolution!

Le Syndrome du Titanic est écrit et réalisé par Jean-Albert Lièvre et Nicolas Hulot. Sa sortie en salle est prévue le 7 Octobre 2009.