La faction suisse du WWF semble s'inquiéter, à moins de 10 jours du sommet Rio+20. La confédération helvétique ferait en effet partie des mauvais élèves du développement durable, comme le rappelle l'ONG : «Si tout le monde vivait comme nous le faisons en Suisse, les ressources naturelles de 2,8 planètes seraient nécessaires à long terme». D'ailleurs, l'expert en développement du WWF Suisse est bien pessimiste quant à l'issue du sommet de Rio, comme il le confie au quotidien Le Matin : «A l'heure actuelle, nous devons nous attendre à un échec ou à une déclaration finale si diluée qu'elle n'apportera pas d'améliorations». Espérons qu'il se trompe…