Le plus solide d'entre eux, l'Andoctronis amoreuxi, peut endurer une dose de radiations allant jusqu'à 900 Gy (gray), la dose mortelle pour l'être humain étant entre 4 et 10 Gy. Il a un superpouvoir de régénération après irradiation, probablement dû à sa capacité unique à réparer les lésions des gènes, ou à survivre à des réparations imprécises de génome.