2000 militants réunis à Montreuil pour écouter des candidats à l'élection présidentielle parler d'écologie. Non, ce n'était pas un meeting politique, mais le 36ème Congrès de France Nature Environnement.

Le réseau qui regroupe environ 3000 associations environnementales à travers le pays avait convié les candidats déclarés à la prochaine élection suprême (hors Philippe Poutou pour le NPA, Christine Boutin et Marine le Pen, évidemment) à venir s'exprimer sur l'écologie. Sept ont répondu présents, qu'ils soient crédités de très peu d'intentions de vote dans les sondages (on pense là à Hervé Morin, candidat du Nouveau Centre), ou qu'ils soient au contraire désignés parmi les favoris (François Hollande). Faisons un petit bilan en quelques lignes de cette rencontre.

Les prestations de François Bayrou, Hervé Morin auront été assez neutres, pour ne pas dire ternes. Le candidat du Nouveau Centre y est même allé de sa petite blagounette "Crise au balcon, environnement à l'abandon". L'humour serait-il un fond de commerce pour Monsieur Morin, lui qui s'inventait il y a quelques jours témoin du débarquement de Normandie ? Peut-être... La prestation de Dominique de Villepin, elle, a tutoyé le lyrisme et le romantisme.

L'ancien Premier Ministre est resté fidèle à son style, lui pour qui l'écologie n'entrait pas franchement dans la liste des priorités à l'époque où il gouvernait. François Hollande a lui précisé la portée écologique du programme dévoilé peu auparavant sur toutes les antennes de France, et a proposé la tenue d'une "conférence environnementale", pour placer le dialogue environnemental "au même niveau que le dialogue social". Corinne Lepage et Eva Joly ont, elles, emporté un beau succès face aux militants, avec un avantage tout de même à l'applaudimètre pour la candidate d'EELV.

Mais alors de tous ces intervenants, quel pourrait être le point commun ? Le nucléaire, évidemment. Cette énergie qui fait peur à tout le monde ou presque, a occupé une bonne partie des débats. Certains ont confirmé leurs positions contre l'atome (Mesdames Lepage et Joly), d'autres ont tenu un discours plus modéré sur les centrales (Messieurs Hollande et Bayrou), quand les candidats du front de Gauche et du Nouveau Centre envisagent eux la tenue d'un référendum sur cette grande question : la France doit-elle sortir du nucléaire? Ou comment ne pas trop se mouiller...

Bref, à Montreuil, les candidats présents ont abattus leurs cartes écologiques. Voilà qui apportera quelques précieux éléments au moment de faire votre choix dans l’isoloir, en mai prochain.