Des artisans se regroupent pour optimiser l'efficacité énergétique du parc de logements en France. 

Quand les artisans et les petites entreprises du bâtiment se réunissent sous la même bannière, cela s'appelle la CAPEB. Et quand la CAPEB cherche à rapprocher le citoyen de l'artisan spécialiste en économie d'énergie, elle lance un site internet dédié : www.eco-artisan.net. A cette adresse, plus de 2000 éco-artisans répertoriés, soit des milliers de jours de retard potentiels par rapport aux dates de fin de travaux prévues, des centaines de traces de peinture sur vos meubles, et des dizaines de transfert de responsabilités du genre "si le carreleur avait bien fait son travail, on n'aurait jamais eu ce problème". 
 
Mais avec plus de 30 millions de foyers à rénover d'ici 2050, les éco-artisans sont aussi et surtout un début de réponse encourageant du secteur du bâtiment au défi énergétique de demain. Parce qu'on ne le répètera jamais assez dans ces pages, mais les bâtiments consomment près de la moitié de l'énergie produite en France et représentent de loin le poste le plus énergivore de nos sociétés modernes. Bref, aux éco-artisans les 600 milliards d'euros que représente le marché, et à nous les économies d'énergie (de 38% sur le parc de logements existants d'ici 2020, imposées par le Grenelle Environnement). Notons par ailleurs que le label éco-artisans n'est pas un titre que se donnent les artisans eux-mêmes pour bénéficier de l'image positive renvoyée par l'écologie : il y a un processus de sélection pour acquérir ce titre, et les bénéficiaires sont évalués par un organisme indépendant qui certifie leur qualité d'éco-artisan.
 
Charpenterie, menuiserie, maçonnerie, carrelage, chauffage,domestique ou électricité, tous les champs de compétences des artisans du bâtiment sont mis à profit pour proposer les meilleures solutions à l'amélioration énergétique du logement. Quitte à se lancer dans des travaux de ce genre, autant commencer par vous renseigner sur le site des éco-artisans.