Quand on prend sa douche le matin, l'eau ruisselant sur vos corps de Dieux grecs finit sa course dans les égouts municipaux. De même avec l'eau de votre lave-linge ou du lave-vaisselle.

Une eau chaude, parfois très chaude. En conséquence, sous nos pieds, les eaux usées afficheraient une température variant entre 12 et 20 degrés à longueur d'année. Et pourquoi ne pas utiliser cette chaleur qui n'est pas définitivement perdue ? C'est ce que propose la technologie Degrés Bleus, que la Mairie de Paris s'est empressée d'utiliser.

Techniquement, la chaleur est récupérée directement dans les égouts grâce à un fluide caloporteur, qui la remonte jusqu'à une pompe à chaleur en surface, qui concentre le tout jusqu'à 60 degrés. Et puis ces 60 degrés de chaleur récupérés sans effort ou presque sont envoyés dans le réseau de chauffage du bâtiment choisi. En l'occurrence à Paris, il s'agit de l'école Wattignies, proche de la Porte de Charenton.

Le résultat : aucun changement pour les élèves et le personnel enseignant de l'école. Il fait toujours aussi bon dans l'établissement. Pour la planète en revanche, tout change : fini le chauffage tout-au-gaz en hiver et les émissions de CO2 qui vont avec, la technologie Degrés Bleus pouvant subvenir à 70% des besoins en énergie de chauffage de l'école.

Bertrand Delanoë a admis réfléchir à une telle installation pour la Mairie de Paris, et le système pourrait même être mis en place à l'Elysée.