Les défenseurs des animaux s'attaquent au célèbre plombier de Nintendo accusé de promouvoir le port de fourrure…

Le premier degré, vous connaissez ? Wikipedia le définit comme suit : "au sens commun, qui est pris au sérieux par opposition au second degré ". Difficile d'expliquer cette expression autrement que par l'exemple. Et ça tombe plutôt bien, la PETA nous fourni un magnifique exemple de premier degré sur un plateau. Vous savez, la PETA, c'est cette organisation américaine de protection des animaux qui fait régulièrement parler d'elle en faisant poser des célébrités dénudées pour vanter les mérites d'un régime sans viande (ici par exemple avec Pamela Anderson) ou en aspergeant de (faux) sang les stars de ce monde qui exhibent des vêtements en fourrure.

Eh bien le dernier coup d'éclat de la PETA se veut contre la fourrure, justement. La nouvelle cible des activistes ? Mario. Oui, Mario le plombier, le frère de Luigi, l'amoureux de la princesse Peach, le personnage de jeu vidéo, en somme. Sur la NES, la première console de Nintendo, l'ami Mario avait eu droit à plusieurs aventures. Dans la troisième de celles-ci, Mario pouvait se transformer en raton-laveur et s'élever dans les airs. Les développeurs ont repris cette idée dans le dernier opus du plombier, Super Mario 3D Land, qui sort sur la console portable de Nintendo. Ils ne s'attendaient sans doute pas à ce que la PETA leur tombe dessus. Motif du courroux ? La cape de Mario, qui représente un raton-laveur (même plus précisément un Tanuki, un des esprits divins de la forêt de la mythologie nippone), «envoie le message que porter de la fourrure ne pose pas de problème». Si les ratons-laveurs sont, selon l'organisation, dépecés vivants pour leur fourrure, il y avait peut-être un autre moyen de dénoncer cette pratique barbare. Bref…

Pour appuyer cette position, un petit site internet a été lancé sur lequel un jeu vidéo est jouable en ligne. Son nom : "Mario kills tanooki", où vous incarnez un de ces petits animaux tentant de sauver sa peau. A vous de vous faire une idée sur www.peta.org.