Ou comment être à la pointe du développement durable tout en étant old-school.

 

 

Une ville-champignon perdue dans le fin fond de l'Ouest sauvage. Le vent souffle et soulève des tornades de terre rouge. Les volets des maisons se ferment un à un. Chacun rejoint l'abri le plus proche. Un duel au pistolet se prépare. Devant le saloon, un grincement se fait entendre. Un vieillard sans âge qui se balance sur son rocking chair assiste au triste spectacle...

Oubliez cette vision du rocking chair. Celle du Far-West, de Lucky Luke et de Ma Dalton. Le rocking chair, cette fantastique chaise à laquelle on peut donner un mouvement de balancier, berçant et relaxant au possible, s'offre une seconde jeunesse et une nouvelle image : la "Murakami chair". Avec son design épuré et hyper-tendance, ce modèle Murakami enterre définitivement les bons vieux modèles d'antan.

En plus d'être top stylé, il peut se targuer d'être « développement durable » puisque, tenez-vous bien, il propose à l'utilisateur d’utiliser l’énergie cinétique, à savoir transformer son mouvement de balancier le jour en lumière une fois la nuit tombée. Sans compter que le dispositif lumineux est composé de LED, de petites ampoules issues du monde de l'électronique, dont la faible consommation et la durée de vie accrues rendent leur utilisation plus durable. Une personne épuisée peut ainsi fournir à cet objet une source d'énergie quasi inépuisable sans porter atteinte à l’environnement, et tout cela à la seule force de son repos.