Aaaaaaah la douce odeur de la campagne présidentielle. En 2007, Nicolas Sarkozy, alors candidat et voyant Nicolas Hulot au plus haut dans les sondages, s'était précipité avec les autres candidats pour signer le Pacte Ecologique de l'animateur. Et puis il y a eu le Grenelle de l'Environnement, avec des écolos que les sondages envoyaient toujours plus haut. Un effet de mode ? Toujours est-il que depuis que les sondages créditent Eva Joly de 3 ou 4% des voix, le président de la République semble moins intéressé par l'écologie. L'Humanité rappelle d'ailleurs les propos du président en 2010 au Salon de l'Agriculture : "L'environnement, ça commence à bien faire". Et hier, lors de ses voeux à la France rurale, c'est vers les chasseurs, que l'on pourrait qualifier d'opposants héréditaires de l'écologie politique, qu'il s'est tourné, eux qui ne sont « pas les ennemis, (...) pas les adversaires de l’environnement ». Quant à la décision du Conseil d'Etat d'avancer la date de fermeture de la chasse aux oies, cela « empêche (les chasseurs) de profiter de ce qu’on appelle un petit bonheur ». C'est ce qu'on appelle "ratisser large".