Une île de déchets dans le Pacifique, ça vous dit ? Des Hollandais tentent l'expérience.

Vous habitez Toulouse. Il fait très chaud. Vous achetez une bouteille d'eau et la buvez. Le bouchon vous échappe (ou vous le jetez volontairement, mais on vous accorde le bénéfice du doute) et file dans la bouche d'égout la plus proche. Les égouts l'emmènent dans la Garonne. Il suit le courant du fleuve, se retrouve à Bordeaux. Direction l'Atlantique. Après plusieurs années à voguer dans l'océan, il est pris dans un courant vers la Floride, là-bas. Ce courant tourne en rond, sur lui-même. Votre bouchon finit par s'agréger avec d'autres déchets ayant suivi plus ou moins le même chemin. Pour former un amas. Qui s'agrège à un autre amas. Et ainsi de suite. Et on arrive vite à une masse gigantesque.

C'est une de ces masses gigantesques qui a été découverte et dénoncée récemment par l'ONG SEA, à un millier de kilomètres des côtes floridiennes. Un "continent de plastique". Immense. Sur lequel des oiseaux suffoquent après avoir avalé des déchets plastiques. Où des poissons subissent le même sort. Bref, une plaie pour la vie animale aquatique. Et le drame, c'est que ce continent artificiel n'est pas le seul…

Pour attirer l'attention sur ce(s) fléau(x), un cabinet d'architectes hollandais a lancé un projet d'île artificielle uniquement constituée des plastiques récupérés dans les océans, qui flotterait et aurait une surface de 10 000 kilomètres carrés, soit l'équivalent d'Hawaii. "Fabriquée" à partir des déchets déjà présents dans les océans, ceux-ci seraient ainsi nettoyés (ou du moins les déchets seraient regroupés), et une nouvelle "terre" verrait ainsi le jour, sur laquelle un environnement durable serait bâti.

Le cabinet avance par exemple l'idée d'y accueillir les futurs réfugiés climatiques. Ils vivraient dans des habitations durables, les toilettes sèches équipant les immeubles et maisons serviraient à fertiliser les terres cultivables qui ont été pensées sur l'île. Probablement située dans l'océan Pacifique (là où la plus grande concentration de déchets plastiques a été observée), cette île serait alimentée en électricité propre, d'origine solaire ou utilisant l'énergie des vagues. Un projet un peu utopique de nouveau départ pour le genre humain.

Un site internet dévoilant tous les aspects du projet a été mis en ligne. Une façon dénonciatrice et originale d'aborder le problème de la pollution des océans.

+ d'infos : www.recycledisland.com