Les écolo-sceptiques voient souvent les amis de la planète avec des bonnets péruviens sur la tête. Nous leur offrons aujourd'hui un nouvel argument : les chaussures péruviennes.

Leur nom : Piola. Plus que de simples chaussures, il s'agit là de sneakers, ces chaussures de sport faites pour être portées en ville. Et il faut bien l'avouer, si le bonnet péruvien rouge vert et jaune en laine est complètement hors-du-temps, les sneakers Piola ont du style. "Au top du hip-hop" comme qui dirait… En plus des lignes de ses produits, la marque se veut exemplaire dans bien des domaines.

Pour le coton d'abord, qui compose le corps de la chaussure. Commerce équitable oblige, la rémunération des paysans qui récoltent le coton au Pérou est 30% supérieure à celle du cours de la matière et à celle de Max Havelaar. Côté environnement, les 180 grammes de coton nécessaires à la fabrication d'une chaussure sont évidemment biologiques. Aucun pesticide n'a donc été utilisé pour sa culture, sa récolte s'est faite dans le respect des règles du commerce équitable, et une certification SKAL et GOTS vient valider tout ce processus.

La semelle n'est pas en coton (est-ce vraiment une surprise ?) mais en caoutchouc naturel. Là aussi quelques règles. Piola travaille avec une entreprise brésilienne de 33 "saigneurs d'hévéa" (l'arbre qui produit le caoutchouc)  une société appelée "Ecomusa". Le WWF a apporté sa pierre à l'édifice, en formant les saigneurs d'hévéa, et aidant l'entreprise dans sa gestion des déchets. Quant aux principes du commerce équitable, ils sont là aussi appliqués.

En clair, pour chaque paire de baskets Piola achetée, à 64€ pièce, 15 centimes seront reversés aux producteurs de coton et 55 centimes le seront aux producteurs de caoutchouc. Le reste ? Pas de précisions là-dessus, mais sans doute dans l'assemblage de la chaussure, le transport depuis le Pérou, et 1000 autres choses encore.

Pour admirer le travail et se procurer une paire de sneakers équitables, rendez-vous sur le site de la marque, www.piola.fr