Le zoo de Munich transforme les crottes d’éléphant en électricité.

Au zoo de Munich, il se passe des choses. Le millionième visiteur de l'année a été fêté en juillet, un mois plus tôt que l'année précédente. Et puis le refuge célèbre en cette année 2011 son centième anniversaire. Mais surtout, le zoo a innové en matière environnementale : il récupère les déjections des éléphants, des girafes, et de tous les végétariens du parc pour en faire du biogaz et le transformer en électricité et en chaleur. Et autant dire que la matière première ne manque pas, puisque CNN (citant un responsable du parc) évalue sa production annuelle au zoo de Munich à 2000 tonnes. Oui, c'est une véritable montagne.

Une montagne qu'il fallait exploiter. Alors le zoo a fait construire 3 hangars de 100 mètres cube chacun. Les enclos des animaux sont nettoyés quotidiennement, et les déchets récoltés viennent emplir ces hangars. Ils sont ensuite arrosés, ce qui accélère leur décomposition. Le méthane qui s'échappe de la réaction est récolté par un système de ventilation intégré au plafond et envoyé dans un ballon, véritable dirigeable miniature. De là, le zoo obtient trois composants qu'il peut aisément exploiter.

  • Du biogaz d'abord, qu'il transforme en électricité, et qui peut subvenir à 5% des besoins en électricité du parc. Pour se donner une idée un peu plus précise, cette électricité suffirait à alimenter 100 foyers pour une année entière.
  • De la chaleur ensuite, produite par la décomposition : récupérée, elle permet à elle seule de chauffer l'enclos des gorilles.
  • De l'engrais enfin. Malgré la décomposition des déjections, il reste toujours de la matière, comme lors d'un compostage classique. Celle-ci ira donc nourrir les plantes du zoo.

Le zoo de Munich fait donc sienne la fameuse maxime de Lavoisier : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.