En décembre 2010, le gouvernement français posait un décret de trois mois levant l'obligation d'achat de l'électricité photovoltaïque par EDF ; et un moratoire, de trois mois également, sur le développement des nouveaux projets d'installation de panneaux solaires. Tout cela le temps d'organiser une concertation avec les différents acteurs de la filière, et de mettre en vigueur, le 10 mars 2011, des tarifs d'achats revus avec une baisse d'environ 10%. La décision du gouvernement suscite de nombreuses réactions : selon les intérêts de chacun, les avis diffèrent. La question est : le développement de la filière solaire est-il mis à mal par cette nouvelle tarification ? Et si oui, à qui profite le crime ?