En cette belle journée d'été, j'ai rendez-vous à l'Atelier Environnement de Renault à deux pas de l'ile Seguin, qui accueillait les usines de la marque au losange jusqu'au début des années 90.

 

 

Le contraste entre la friche poussiéreuse de l'ancienne usine et l'architecture moderne et aérée de l'Atelier s'accorde assez bien avec l'objet de ma visite: la découverte de la Renault Fluence, premier véhicule électrique grand public de la marque et belle illustration du chemin parcouru ces 20 dernières années…

Je me retrouve donc avec une poignée d'invités à écouter le "briefing" des responsables de chez Renault. Sur l'un des nombreux écrans de l'Atelier, on nous montre la voiture sous tous les angles, on nous explique, entre autres, comment la batterie alimente la voiture pendant les phases d'accélération et comment, à l'inverse, la Fluence recharge sa batterie en récupérant l'énergie de freinage pendant les phases de décélération.

Puis viennent les explications sur la façon dont Renault prévoit de commercialiser son véhicule. La marque s'est fixée un objectif clair: proposer ses voitures électriques au prix de leurs équivalents thermiques. En ce qui concerne la Fluence, il s'agira donc de se positionner au niveau de la Laguna. Pour y parvenir, Renault compte sur le bonus écologique conséquent dont le modèle bénéficiera mais aussi sur une nouvelle façon de vendre des voitures. En louant la batterie. En plus du prix d'achat du véhicule, les utilisateurs de la Fluence devront donc verser à Renault un forfait mensuel. L'annonce surprend un peu notre petit groupe et les questions fusent. Explications de Monsieur Fluence: rester propriétaire de la batterie permettra à Renault de mieux assurer son entretien et de ne pas faire peser le coût d'un éventuel remplacement sur le client. On n'est qu'à moitié convaincus… difficile de ne pas imaginer que le forfait batterie est le moyen que Renault a trouvé pour rentrer dans ses frais. On espère seulement que ce genre de forfait pourra disparaitre quand la diffusion des véhicules électriques aura fait baisser le prix des batteries.

fluence-quickdrop Mais la location de batterie rend également plus crédible une autre composante du projet de Renault: le mode de recharge de la batterie "Quickdrop". Il s'effectuera dans des stations construites à cet effet et proposera aux propriétaires de Fluence d'échanger leur batterie vide contre une batterie pleine sans descendre de leur véhicule! Une fois la voiture stationnée sur la base d'échange, une trappe s'ouvrira sous la voiture et un robot procédera au remplacement de la batterie. A nouveau, les yeux s'écarquillent dans l'audience… Le développement d'un tel réseau est-il réaliste? Combien de stations seront déployées? Comment Renault gèrera le stock de batteries disponibles dans chaque station? La encore, certaines réponses peinent à convaincre… Mais Renault n'a pas le choix: "Quickdrop" est la seule solution pour proposer aux conducteurs de voitures électriques un "plein" en moins d'un quart d'heure.

fluence-recharge-rapide En recharge classique, il demande 6 à 8 heures, ce qui ne pose pas de problème si vous laissez votre voiture se recharger chez vous pendant la nuit, mais se révèle plus compliqué si vous voulez recharger à mi-parcours sur la route des vacances… Pour ce type de recharge, Renault propose tout de même une troisième solution, sans doute la plus efficace: la "recharge rapide". une recharge à 80% en 30 minutes via des bornes spéciales. La perspective d'une panne de batterie sur l'autoroute du soleil s'éloigne doucement, nous voilà rassurés.

Mais après toutes ces explications, notre petit groupe trépigne d'impatience. Il est temps de passer au volant...

fluence-interieur Au premier abord, la Fluence ne paie pas de mine, elle présente a peu près le même physique passe-partout que la Laguna, avec quelques centimètres en plus. A l'intérieur, idem, le tableau de bord a juste été remanié pour accueillir un compteur illustrant l'utilisation de la batterie en temps réel.

La vrai différence se ressent au démarrage. Ou plutôt ne se ressent pas, car le moteur de la Fluence est totalement silencieux. On le savait, mais on a du mal à réprimer un petit sourire de satisfaction. Voila un détail qui change tout! Et le bruit gonfle à peine à la première accélération. Nous quittons donc l'Atelier dans un joli silence, rapidement troublé par le bruit des autres automobilistes… Sur route, le moteur électrique se révèle extrêmement agréable, très souple, sans acoups liés aux passages de vitesse. Les accélérations sont douces mais efficaces, comme aux auto-tamponneuses! On pourrait s'épancher sur la qualité des matériaux ou la contenance du coffre mais sincèrement, la vrai révolution est là et elle suffit pour oublier le reste...

Tant pis pour la location de batterie, tant pis pour les modes de recharges, la Fluence est une voiture électrique aux performances équivalentes à celles d'une voiture thermique. Et quand on sait le temps qu'il aura fallu attendre pour voir produire ce genre de véhicule, on a envie de tout lui pardonner...