Si Nicole Bricq n'est plus ministre de l'Ecologie, c'est en partie à cause de son opposition aux projets de forages pétroliers de Shell au large de la Guyane. Un lien de cause à effet très bien expliqué dans cet article du Monde, d'ailleurs. Alors, pour rassurer sur ses intentions, le groupe anglo-hollandais s'explique aujourd'hui : non, il n'a rien à voir avec le remplacement de Nicole Bricq. Oui, l'environnement lui importe beaucoup, il ne cherche en aucun cas à l'atteindre et prend toutes les mesures nécessaires. Pour rappel, Shell doit procéder à quatre forages d'ici à juin 2013, le premier d'entre eux devant durer trois mois. Croisons les doigts pour ne pas assister à une marée noire dans le genre de celle de Deepwater Horyzon, la plateforme tristement célèbre de BP qui a coulé dans le Golfe du Mexique il y a peu…