44 ans après, l'Etat s'occupe de la marée noire du Torrey Canyon.

Le Torrey Canyon, ça éveille pas mal de souvenirs chez les écolos. Ce pétrolier qui s'est échoué dans la Manche avec ses 120 000 tonnes de fioul dans les cales a été à l'origine de la première grande marée noire en France. C'était en 1967, déjà. Serge Gainsbourg en avait même fait une chanson, pour que l'on n'oublie jamais.

A l'époque, les autorités jugent bon de déverser des dispersants dans la mer, qui se sont finalement avérés plus dangereux encore que le pétrole lui-même. Pour tenter de limiter l'ampleur de a catastrophe, les militaires français réquisitionnent à l'époque l'île d'Er, où ils font creuser des fosses destinées à recevoir les déchets pétroliers de la catastrophe. Les déchets sont donc là, à ciel ouvert. Sauf que 44 ans plus tard, ils sont toujours là, toujours à ciel ouvert. L'association Robin des Bois a longtemps cherché à attirer l'attention sur ce triste lieu en allant même jusqu'à déposer plainte contre X pour pollution, et il semble qu'il y soit arrivé, puisque depuis quelques jours, un ballet a commencé. Un ballet aérien par hélicoptère, orchestré par l'ADEME et la ministère de l'Ecologie, qui veulent évacuer de 400 à 700 tonnes de déchets du site. Des déchets qui seront apportés sur la côte, où une société spécialisée a aménagé une zone de stockage.

Des déchets qui seront ensuite envoyés ailleurs en Bretagne ou dans l'Ile-de-France, selon leur nature, pour y être incinérés ou traités. Mais bizarrement, cette solution qu coûtera au final 650 000 euros ne semble pas satisfaire les habitants du coin, notamment ce couple interrogé par Ouest France, qui aurait préféré que l'Etat se concentre sur les algues vertes plutôt que sur le pétrole stocké depuis 40 ans sur une île privée à laquelle personne n'a accès.

Mieux vaut tard que jamais.