La place de l'électrique dans la motorisation de la Toyota Prius augmente, augmente...

La Toyota Prius, la plus célèbre des voitures hybrides, se renouvelle et débarque sur le marché avec une version "plug-in", ou "rechargeable". En effet, si auparavant les batteries électriques de la berline nippone se rechargeaient en roulant ou grâce à l'énergie récupérée au freinage, il est désormais possible de la brancher sur le secteur pour alimenter sa batterie.

Cette dernière a par ailleurs été modifiée en comparaison des précédentes séries pour offrir une autonomie en mode "tout électrique" bien plus confortable : de 2 kilomètres, celle-ci passe à 25 kilomètres. Pour en bénéficier, il suffit d'1h30 de charge sur secteur . Mais le progrès ne s'arrête pas là puisque les performances de consommation de la Toyota Prius Plug-In améliorent largement celles de son ancêtre : 2,1 litres d'essence sont nécessaires pour parcourir 100 kilomètres en cycle mixte, contre 3,9 litres auparavant. Les émissions de CO2 passant elles de 89 g/km à 49 g/km.

Pour arriver à de telles performances, la nouvelle batterie est plus lourde de 38 kilos que la précédente et présente un encombrement légèrement supérieur qui ne se ressent pas, puisque le coffre ne perd qu'une infime partie de sa contenance, comparée au modèle précédent. Et puisque nous en sommes au petit jeu des comparaisons, jetons tout de même un oeil sur le prix de cette nouvelle génération de Toyota Prius : il faudra débourser au minimum 37000€ pour acquérir le modèle de base, et 43100€ pour le modèle haut-de-gamme, soit un surcoût de 9000€ par rapport à l'ancienne version

Toyota confirme donc sa volonté de continuer à développer des modèles hybrides : pour le constructeur japonais, l'autonomie limitée des véhicules "tout électriques" les condamne (pour l'instant) à un usage exclusivement urbain, un cadre dans lequel la marque ne semble pas vouloir s'enfermer. Une stratégie diamétralement opposée à celle de Renault par exemple, qui a lui choisi de tout miser sur le 100% électrique avec le développement de sa gamme ZE. Et aujourd'hui, avec ses millions d'exemplaires vendus, les chiffres semblent plutôt valider le choix fait par Toyota. Mais demain est un autre jour…