Une centaine de fabricants et de distributeurs de textile américains essaient de lancer sur leur territoire un outil de mesure pour connaître l'impact environnemental de leurs produits. Celui que l'on appelle Eco Index, et qui n'est pas encore un label, sera présenté le mois prochain lors d'un salon professionnel se tenant à Salt Lake City. Une fois visible en magasins, il informera le consommateur sur la "durabilité" ou non du produit qu'il souhaite acheter.

L'Eco Index a de bonnes chances de se diffuser, puisqu'il est mené par certaines des plus grandes compagnies de textiles du monde, qu'elles soient réputées pour leur engagement éthique ou non. Nike, Timberland, Levi Strauss, Adidas, ou encore Patagonia sont ainsi partenaires de l'index. Leur ambition ? Qu'il devienne pour le textile l'équivalent de ce qu'est l'Energy Star pour l'électroménager, qui classe les produits selon leur efficacité énergétique.

L'index permet aux sociétés de mesurer l'impact environnemental de leurs produits tout au long de la chaîne de production. Les fournisseurs de ces entreprises sont également soumis à un questionnaire qui a pour but de mieux connaître leur pratiques et de déterminer leur impact sur l’environnement. La note finale est ensuite donnée sous forme de pourcentage. Levi's par exemple a, dans le cadre de sa participation à l'Eco Index, fait réaliser une étude sur ses produits. Les résultats obtenus ont convaincu l'industriel d'améliorer ses circuits de transport et de réduire les pièces d'emballage de ses jeans. En conséquence, ce sont 700 tonnes de CO2 en moins de rejetées dans l'atmosphère. Les résultats illustrés de l'étude sont visibles à cette adresse.