Les dépenses augmentent, c'est un fait. Pour vous, pour nous, pour les collectivités, pour l'Etat. Alors comment réussir à tout de même faire baisser la facture finale tout en pensant à la planète ? Une bourgade anglaise semble avoir trouvé la solution à ce problème : le repos éternel.

 

 

Entendons-nous. Comme partout ailleurs, les dépenses liées à l'énergie sont en hausse constante au Royaume-Uni. Alors la ville de Redditch, proche de Birmingham envisage de modifier le système de chauffage du centre municipal des sports et de sa piscine. Comment ? En allant prendre la chaleur nécessaire directement dans le crématorium de la ville. Oui vous avez bien lu : le crématorium. Là où les défunts choisissent d'être réduits en cendres plutôt qu'enterrés.

Finie la déperdition de chaleur et bonjour le sport d'intérieur à température constante. Et quelle température ! Car figurez-vous que lors d'une telle procédure, la température du four crématoire peut monter jusqu'à 1200 degrés. Alors, des tuyaux relieraient le crématorium au complexe sportif, qui ne serait plus chauffé par sa chaudière à l'ancienne. Economies d'énergie, économies de CO2.

Mais évidemment, bien que cela ne se passe pas aux Etats-Unis, il va falloir compter avec les mouvements religieux qui s'opposent fermement au projet, au lieu de laisser la sensation, une dernière fois au défunt, de servir à quelque chose…