Avec son bouchon vert et la mention "1ère bouteille d'origine végétale" sur son étiquette, la nouvelle bouteille de Volvic devrait être facilement identifiable dans les rayons ou elle sera introduite en octobre. Pour la concevoir, Volvic a fait appel à la société indienne Indian Glycol, seule au monde à savoir synthétiser le monoéthylène glycol (MEG) à partir de mélasse de canne à sucre. Or le MEG représente 30% de la composition du plastique traditionnellement utilisé dans les bouteilles d'eau (le fameux "PET"). Volvic a ensuite mélangé le "BioPET" ainsi obtenu à du r-PET (PET recyclé) et à du PET classique pour un mix final contenant 20% de MEG d'origine végétale.
 
Avec cette version "végétale", la marque au volcan prévoie de réduire de 40% l'empreinte carbone de ses bouteilles. Mais surtout, elle fait un pas important vers l'utilisation de matières renouvelables pour remplacer le plastique d'origine fossile. Le projet est d'autant plus prometteur que la mélasse de canne à sucre, habituellement considérée comme un déchet, n'est pas utilisée par l'industrie agro-alimentaire. Son exploitation ne risque donc pas de peser sur le prix des denrées alimentaires.
 
Ce lancement étoffe aussi les engagements déjà pris par Volvic en faveur du développement durable comme la création en 2006 du CEPIV, association chargée de l'étude et de la protection de ses 38km2 d'inpluvium (zone par laquelle l'eau de pluie s'infiltre dans la source Volvic) et devrait aider la division eaux de Danone France à atteindre son objectif de réduction de 40% de son empreinte carbone entre 2008 et 2011.