Les scores décevants de Google et Apple dans le classement établit par ClimateCounts.org confirment qu'être pote avec Al Gore ou Bono ne rend pas vert...

Le site américain Climatecounts.org fait partie de ses organisations qui pensent que le meilleur moyen de pousser les grandes marques a réduire leur impact sur l'environnement est de le faire à travers leurs consommateurs... Si l'on en croit l'influence qu'a eu l'initiative 'Green Apple' de Greenpeace sur la stratégie de Steve Jobs, on ne peut qu'adhérer...

D'où notre intérêt pour cette étude réalisée par Climatecounts.org, classant une bonne vingtaine de multinationales selon leur détermination a réduire leur influence sur le réchauffement climatique et à publier leurs résultats. Les marques sont notées dans 4 domaines:

1. L'évaluation de leur impact sur le climat (22 points)
2. La réduction de cet impact (56 points)
3. Leur soutien aux politiques publiques contre le réchauffement climatique (10 points)
4. La publication de leurs résultats dans ce domaine (12 points).

Elles sont ensuite classées 'stuck' (n'a pas commencé à lutter contre le réchauffement climatique), 'starting' (a commencé) ou 'striding' (progresse).

Dans l'ensemble, le haut du classement réuni de grands noms de l'habillement (Nike: 73), de l'électronique (Canon: 77, IBM: 70, Toshiba: 66) et de l'alimentation (Unilever: 71). En revanche, les marques du web sont à la traine puisque leur champion, Yahoo, ne totalise que 36 points, soit tout de même 2 fois le score de Google! L'écart est principalement dû au fait que Yahoo a mis en place un système de mesure de son impact sur le changement climatique, ce qui n'est pas le cas de Google. Ce système permet aujourd'hui de fixer des objectifs précis de réduction dont certains ont déjà été remplis... et publiés.

Autre point intéressant de l'étude, les scores ridicules des deux géants du e-commerce eBay et Amazon avec respectivement 2 et 0 points. S'il faut leur reconnaitre une activités à l'impact environnemental plus lourd, il semble qu'elle fasse tout de même preuve d'un gros manque de volonté...

Enfin, on peut regretter l'absence des gros contributeurs au réchauffement climatique comme les constructeurs automobiles ou les companies aériennes... peut être a venir...

Pour finir, je vous recommande ce petit film que vous trouverez sur la page dediée a la présentation de l'organisation Climatecounts.org... très américains mais joliment fait...

'The future is bright'. On se prend à rêver...