Yann Arthus-Bertrand et la Fondation GoodPlanet diffusent un court métrage sur internet. Son nom : Désertification.

La désertification, un phénomène finalement peu connu, et qui n'a rien à voir avec ce que l'on croit de prime abord. Le désert n'a rien à voir là-dedans. Eh non. La désertification, c'est quand des terres fertiles deviennent impropres à toute culture, la faute au changement climatique et à l'activité de l'homme. Un labour intensif des terres par exemple les tasse, les assèche, et les condamne tôt ou tard à la stérilité

Comme dans tout bon film de Yann Arthus-Bertrand qui se respecte, vous retrouverez des images à couper le souffle, la voix aisément identifiable du réalisateur/photographe, et des chiffres alarmants en pagaille. Pêle-mêle : "Il faut 500 ans pour former 2,5 cm de sol, et seulement quelques années pour les détruire" ; "12 millions d'hectares de terres cultivables disparaissent, équivalent de la superficie de la Hongrie" ; "La désertification fait perdre chaque année l'équivalent de 20 millions de céréales".

Mais la désertification n'est pas une fatalité : une agriculture plus raisonnée, et une reforestation servant autant à renforcer les sols qu'à garder l'humidité, pourraient permettre d'inverser le processus. En attendant, bon film.