Suite à l'accord de la CMP, le 16 juin, l'UMP est le seul à avoir voté pour la proposition de loi d'un de ses députés, Christian Jacob : le PS s'est prononcé contre et le nouveau Centre s'est abstenu sur la loi visant à interdire la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste. 

 
Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie et membre de l'UMP, déplore le vote du PS, considérant qu'aujourd'hui "ne pas interdire c'est autoriser". Ce à quoi tous les opposants à cette loi pourront rappeler que cette loi n'interdit pas l'exploration et l'exploitation des gaz de schiste, mais seulement la fracturation hydraulique. Les socialistes ajoutent que le texte de la loi ne donne aucune définition précise de la fracturation hydraulique. L'adoption définitive de ce texte aura lieu au Sénat le 30 juin.