Le marché du livre en France représente à lui tout seul 4,2 milliards d'euros.

Les livres sont un bien de consommation très répandu. Il s'en vend des millions d'exemplaires dans nos librairies (environ 40% du marché), sur Internet (qui représente 7% du volume de vente total, soit une hausse de 10% en 2009, part qui est appelée à grimper avec ces nouveaux supports de lecture que sont les ebooks ou l'iPad), ou en super et hypermarchés. Après avoir été vendus et lus, certains livres retrouvent même une seconde jeunesse en occasion sur les brocantes ou dans les réseaux spécialisés. Malgré la percée des autres biens culturels que sont les DVD et les jeux vidéos, les livres parviennent à leur tenir tête avec un marché qui ne faiblit pas.

Grâce notamment à quelques sorties évènement ces dernières années, comme les sagas Twilight, Millenium, ou Harry Potter. De même, les gros vendeurs que sont Marc Lévy, Ana Gavalda ou Amélie Nothomb, assurent chaque année un important succès d'édition. Mais ces millions de livres vendus en France (et ailleurs) n'ont-ils pas un impact sur l'environnement ? Combien d'hectares de forêt sont abattus pour offrir un support aux mots ? Combien de rivières sont empoisonnées par les usines de pâte à papier (comme en Uruguay) ? Les encres utilisées et les produits de blanchissement du papier ne recèlent-iles pas ici ou là quelque produit toxique ?

Puisqu'il n'existe à l'heure actuelle en France aucun label garantissant un impact écologique moindre du livre que vous achetez, et pour s'assurer d'une impression eco-responsable, certains éditeurs ont tenté un regroupement sous une bannière, celle des "éditeurs écolo-compatibles". Partant du constat que se côtoient en librairie des livres imprimés en Chine avec du papier issu de la destruction de la forêt primaire, et des livres imprimés à côté de chez vous ayant fait l'objet d'une attention spéciale quant à leur impact environnemental, les éditeurs écolo-responsables se sont lancés dans plusieurs missions : répertorier les membres de la profession qui essaient de maintenir leur empreinte écologique au plus bas, voir quelles sont leurs actions et les diffuser dans la profession, se faire connaître et sensibiliser le grand public (cet article y contribue un peu), élaborer une charte d'édition qui prendrait en compte des critères sociaux et environnementaux et que les éditeurs s'engageraient à respecter.

Alors qu'elle est toujours en cours d'écriture, les éditeurs ont déjà lancé une étude sur l'éco-conception dans le domaine de l'édition, et ont tenu un stand commun au Salon du Livre de Paris cette année, affichant une unité et une volonté qui pourraient leur permettre de mener leur projet à bien.

+ d'infos : le site des éditeurs écolo-compatibles