GREENPEACE

Greenpeace est née voilà 41 ans à Vancouver, au Canada. Cette organisation non-gouvernementale (ONG) qui comptait 12 membres lors de sa première expédition est aujourd'hui soutenue par trois millions de personnes à travers le monde, et se bat sur tous les fronts pour la protection de la planète : lutte contre le...

Lire la suite

Greenpeace est née voilà 41 ans à Vancouver, au Canada. Cette organisation non-gouvernementale (ONG) qui comptait 12 membres lors de sa première expédition est aujourd'hui soutenue par trois millions de personnes à travers le monde, et se bat sur tous les fronts pour la protection de la planète : lutte contre le réchauffement climatique, contre l'énergie nucléaire, contre les OGM, pour la biodiversité des forêts et des océans… Greenpeace est passée maître dans l'art d'attirer les regards sur ses actions, grâce d'un côté à des campagnes de communication très efficaces, et de l'autre à ses militants qui n'hésitent pas à se mettre en scène, pour ne pas dire en danger, sur les lieux de leurs manifestations. Mais ce qui a fait passer l'ONG à la postérité, bien malgré elle, c'est le sort que les services secrets français ont réservé au Rainbow Warrior, l'un de ses navires affrété dans le port d'Auckland en Nouvelle-Zélande, qui a été coulé lors d'un attentat en 1985.

Le bateau a depuis été remplacé et la flotte de l'ONG compte trois navires : le Rainbow Warrior III, le MV Arctic Sunrise et le MV Esperanza. En France, l'organisation emploie 65 personnes et compte 150 000 adhérents, qui lui permettent de rester indépendante financièrement et de ne dépendre d'aucune grande entreprise. Greenpeace n'est bénéficiaire d'aucune subvention publique, ce qui lui permet là aussi de conserver une autonomie vis-à-vis des pouvoirs politiques, et de pouvoir négocier librement avec les uns ou les autres, en excluant toutefois tout dialogue avec les extrêmes. Un exemple. 

Fermer