Ecologie & Société

Déforestation dans la forêt du plateau d’Avron

Explication : en 1963, RTE (l'entreprise en charge des infrastructures électriques dans notre pays) décide de l'implantation d'un gigantesque pylône électrique sur une propriété privée, sans en avoir le droit. Plus de quarante ans plus tard, en 2007, le propriétaire du terrain obtient le retrait de ce pylône devant la Justice. La Mairie de Neuilly-Plaisance propose à RTE différentes solutions, parmi lesquelles l'enfouissement de la ligne. Mais, avec un coût estimé à 1 845 000 €, cette proposition est écartée par RTE qui préfère lancer une opération de déforestation de 2 hectares sur le site.

Désormais, sur le Plateau d'Avron, c'est une plaie végétale qui écorche un paysage reconnu "Espace boisé classé" situé à quelques mètres d'une zone classée Natura 2000 (qui désigne, selon la terminologie officielle, "des sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats") et délesté de 200 arbres tombés sous les griffes des bulldozers.

S'il est désormais trop tard pour sauver le Plateau d'Avron (qui finira, de l'aveu même de la Ville de Neuilly-Plaisance, par s'en remettre un jour ou l'autre), il est en revanche nécessaire de s'interroger sur le processus qui a mené à cette dégradation écologique locale. Un arrêté ministériel appuyant la décision de RTE a été signé par Delphine Batho et Cécile Duflot, respectivement ministre de l'Ecologie et ministre de l'Egalité des territoires et du logement. Sans oublier que la seconde nommée a dirigé Europe Ecologie – Les Verts pendant quelques temps…

Et alors que la Ville de Neuilly-Plaisance et son maire Christian DEMUYNCK avait déposé un recours devant le Conseil d'Etat et qu'une date d'audience avait été fixée, RTE a choisi d'accélérer les travaux sur le Plateau pour qu'ils soient terminés avant même la réunion. Ou comment court-circuiter la justice. Au final, des espèces très rares dans le département comme le géranium rouge-luisant ou l'ail à tête ronde risquent une disparition totale.

Le "saccage du Plateau d'Avron", que 2000 signataires d'une pétition auront tenté d'empêcher, s'est finalement avéré inéluctable, et il convient de le faire connaître, pour que ces luttes dans le genre de celle de David contre Goliath, ne tourne plus systématiquement à l'avantage du second.

Article sponsorisé

Aux Pays-Bas, une poubelle spécialement conçue pour la récup’

Article précédent

Copenhague vise une réhabilitation écologique de son port

Article suivant

Tu pourrais aussi aimer

commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.