Ecologie & Société

Biodégradable et recyclable : la solution de l’ONU pour les sinistrés

Tremblements de terre, cyclones, canicules, pluies diluviennes, glissements de terrain… Comme ses prédécesseurs, l'année 2012 n'aura pas échappé à son lot de catastrophes naturelles. A la clé, souvent les mêmes images : celles de paysages désolés, d'habitations détruites, de familles privées de leur toit en une fraction de seconde. Malheureusement, ce genre d'événements climatiques ont une fâcheuse tendance à frapper les pays les plus désoeuvrés, dans lesquels les gouvernements ont le plus grand mal à débloquer des fonds pour aider les populations.

C'est alors que les ONG entrent en jeu, déploient leurs volontaires et leur matériel pour apporter les premiers soins. Denrées alimentaires, lits de secours, tentes, eau… bref, du réconfort. Et si l'écologie ou l'éco-conception pouvaient apporter un vrai plus à ces opérations de sauvetage, pourquoi ne pas en profiter ? C'est exactement ce que proposent Juan Pablo Naranjo et Jean-Christophe Orthlieb, les créateurs de LeafBed, littéralement le "lit-feuille". Il s'agit en fait de feuilles de carton agencées de telle sorte qu'elle finissent par former un lit, capable de soutenir un poids de 300 kilos. Un lit qui, la journée, peut se défaire pour laisser place à une table basse et deux chaises. Encore un objet du quotidien qui trouve son équivalent conçu en carton…

» Lire aussi :  Le vélo en carton sera bientôt une réalité

Avantage de ce lit-feuille : sa conception simplifiée rend possible sa fabrication dans n'importe quelle usine à carton du monde. Les sinistrés n'auront plus à attendre de longues journées l'arrivée de l'aide internationale. Selon l'entreprise LeafSupply, les délais de livraison et de réapprovisionnement des stocks sont divisés par huit, par rapport à un acheminement traditionnel. Quant à son matériau, il est 100% recyclé, recyclable et biodégradable. Le stockage à plat des feuilles de carton, avant qu'elles ne soient pliées, rend son transport plus aisé, et allège même le bilan carbone de l'objet, qui est alors quasi-nul.

Preuve, s'il en fallait une, des multiples avantages du LeafBed, il a déjà été adopté par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés pour des opérations au Kenya, ainsi que par la Croix Rouge qui s'en sert au Panama, Mozambique et en Malaisie. 100% éthique !

les tables troncs d’arbre, un concept venu du Canada

Article précédent

Moins d’emballages, plus d’écologie : Mugler multiplie ses sources

Article suivant

Tu pourrais aussi aimer

commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.